Il y a généralement au moins 5 émotions qui vous empêchent de vivre vos rêves…

Ils proviennent de souvenirs douloureux qui peuvent étouffer votre développement et votre croissance. Alors, comment briser ce conditionnement mental insidieux ? Comment grandir et se développer au-delà des épisodes blessants qui s’enfouissent dans notre subconscient et influencent notre vie ? Comment changeons-nous et grandissons-nous pour pouvoir vivre nos rêves ?

Eh bien, la première étape consiste à briser l’emprise de ces influences inhibitrices. Reconnaissez-les et ensuite, soit vous en débarrasser, soit les transformer en une force positive qui vous pousse en avant plutôt que de vous retenir.

Identifiez ces souvenirs inhibiteurs dans votre vie afin de les contrôler plutôt que de les laisser vous contrôler. Quelqu’un vous a-t-il blessé ? Pardonnez-les et oubliez-les. Passez à autre chose. Quelqu’un vous a-t-il injustement puni ? C’est fini maintenant. C’est fini. Continuez votre vie.

La colère

La colère est une réaction naturelle à une attaque ou à une blessure perçue. Elle provoque un flux d’énergie négatif. Mais lorsqu’on la laisse mijoter, elle épuise toute énergie positive qui pourrait être utilisée pour améliorer votre vie.

Si vous retenez votre colère pendant plus d’une semaine, elle ne fait que vous blesser. Laissez-vous aller. Imaginez-vous en train de la rejeter. Débarrassez-vous de votre esprit. Transformez votre colère en une motivation positive. Ne vous fâchez pas, soyez motivé.

La vengeance

C’est le cousin germain de la colère. Elle vous prive également de force à long terme. La personne qui vous a blessé a probablement continué sa vie ; vous devriez en faire autant.

Ne laissez pas la blessure vous blesser davantage en inhibant votre croissance. Perdez-la ou utilisez-la. Au lieu de dire : “Je vais les chercher”, dites : “Je vais leur montrer”. JE SERAI QUELQU’UN !”

La tristesse

Elle est plus paralysante que la colère car elle vous épuise dès le début, sapant votre volonté de continuer. Vous devrez probablement la laisser s’évacuer lentement, à son propre rythme.

Le temps guérit, mais si la tristesse semble s’attarder, forcez-la consciemment à sortir. Recherchez des choses qui vous font rire et vous donnent une impression positive de la vie. Réalisez que le fait de se sentir triste ne changera rien. Cherchez la tranquillité d’esprit comme votre droit en allumant la lumière.

Le ressentiment

La vie n’est pas toujours juste et l’équité n’est pas une attente réaliste. Il n’est pas réaliste de penser que le monde vous doit de l’équité, et s’accrocher au ressentiment n’est pas une façon de se défendre.

Laissez tomber et reprenez le combat. Acceptez le fait que la vie est dure. Pourtant, certaines personnes auront de meilleures chances que d’autres. Soyez proactif et créez vos propres opportunités.

La culpabilité

La culpabilité est une autre émotion qui se situe entre vous et vos rêves. Nous avons tous fait des choses dont nous nous sentons mal et que nous regrettons. Des choses que nous ferions différemment, si on nous donnait une seconde chance. Beaucoup d’entre nous portent cette culpabilité en eux et cela nous empêche d’aller de l’avant.

Ne laissez personne, y compris vous-même, vous faire culpabiliser. Dites-vous à haute voix : “Quoi qu’il arrive, je suis toujours une personne qui en vaut la peine. Tout le monde fait des erreurs, mais je refuse de laisser mes erreurs me définir. J’en tirerai des leçons et je m’améliorerai !”