J’écris dans des cahiers depuis que j’ai sept ans. Plus d’une fois, j’ai été séduit par l’achat d’un magnifique carnet cousu main. Ou dont les bords des pages étaient dorés à l’or. Ou un journal fabriqué à partir d’excréments d’animaux transformés.

Dans ces carnets uniques, j’écrivais avec précaution des pensées positives pendant les belles journées dans ma cursive la plus soignée. Un jour, alors que je consultais de vieux journaux, je l’ai remarqué. De tous mes carnets à l’aspect particulièrement spécial, pas un seul n’a été rempli. L’écriture s’est tout simplement arrêtée.

Les carnets de notes ordinaires et bon marché, cependant, étaient remplis à ras bord de tout, des listes banales à la poésie griffonnée avec ferveur. À partir de ce moment-là, je n’ai plus acheté que les carnets les plus simples et les plus indéfinis et je les ai remplis d’histoires, d’idées, de bracelets de concert et de gribouillis de personnes avec lesquelles je me suis lié d’amitié dans les bars.

Quand j’ai commencé ma pratique de la méditation, j’ai réalisé que mon cerveau était comme un carnet rempli de souvenirs, d’opinions et de désirs, tous influencés par qui et quoi m’entourait. Et comme je voulais que ma pratique de la méditation soit aussi cohérente que ma relation avec mon carnet, j’ai décidé de les traiter de la même manière.

Dans nos efforts pour maintenir une pratique cohérente de la méditation, nous faisons souvent trois erreurs courantes : nous traitons la pratique comme un processus extraordinaire, et nous comptons sur la passion initiale et les bénéfices potentiels pour nous soutenir. Et si nous faisions le contraire ?

Rendre les choses ordinaires

Rien ne pourrait être plus ordinaire que de choisir de s’asseoir et de rester assis. Et pourtant, comme on n’écrit que le bonheur dans un carnet haut de gamme, il y a le danger d’exalter sa pratique de la méditation à tel point que l’on ne pratique que lorsque les conditions sont parfaites et inspirantes.

Bien sûr, il est important de donner une signification à sa pratique de la position assise, et si des potentialités positives peuvent inciter à commencer à s’asseoir tous les jours, cela ne devient souvent une habitude que si cela devient un lieu commun de la vie.

La méditation est une pratique extraordinaire, facile à maintenir lorsqu’elle est pratiquée très ordinairement, comme l’illustre une citation du chapitre deux du Tao Te Ching : “Il accomplit sa tâche, mais ne s’y attarde pas. Et pourtant, c’est simplement parce qu’il ne s’y attarde pas, que personne ne peut jamais lui enlever.

Ce concept a fait ses preuves en tant que base de la théorie moderne entourant l’établissement d’une habitude. Dans son livre The Power of Habit : Why We Do What We Do in Life and Business, Charles Duhigg déclare : “Les champions ne font pas de choses extraordinaires.

Ils font des choses ordinaires, mais ils les font sans réfléchir… Ils suivent les habitudes qu’ils ont acquises” Un professeur de méditation m’a un jour demandé : “Vous brossez-vous les dents avant de quitter votre maison le matin ? Votre pratique de la méditation n’est-elle pas aussi importante ? Comme la plupart d’entre nous, il est facile pour moi de me brosser les dents tous les jours.

Je n’ai pas besoin de réfléchir activement aux avantages, je ne poste pas de photos de moi sur le brossage des médias sociaux. En fait, je ne pense pas du tout à me brosser les dents, si ce n’est que je sais que si je le fais tous les jours, mes dents resteront saines. Elle ne nécessite ni battage, ni préparation, ni conditions parfaites.

Faites en sorte que ce soit si ordinaire que vous n’ayez pas à vous en dissuader. Heureusement pour vous, rien ne vous empêche de méditer en ce moment, même si vous n’avez que le temps de passer le fil dentaire.

Persistence sur les passions

Plus tard, nous apprenons tous que la passion initiale au début d’une romance n’est pas ce qui cultive et maintient une connexion plus profonde dans le temps.

On peut dire la même chose de toute activité créative. La brillante écrivaine de science-fiction Octavia Butler l’a bien compris lorsqu’elle a déclaré : “Il faut d’abord oublier l’inspiration. L’habitude est plus fiable. L’habitude vous soutiendra, que vous soyez inspiré ou non. L’habitude, c’est la persistance dans la pratique : “S’en tenir à quelque chose, que l’on se sente inspiré ou non, est ce qui conduit à une pratique établie avec succès.

Nous comprenons certainement cela à un niveau profond, car nous sommes souvent, en tant qu’individus et en tant que société, inspirés par les récits de ceux qui refusent d’arrêter.

Il est logique que le cri de ralliement féministe non intentionnel “Néanmoins, elle a persisté” ait enflammé la ferveur de tant de personnes. La passion et l’inspiration ne sont pas des actions.

Renvoyer le résultats

Vous avez droit à vos actions, mais jamais aux fruits de vos actions. Chapitre 2, Bhagavad GitaNous sommes naturellement motivés par les résultats positifs potentiels.

Nous vivons dans une société axée sur les objectifs, où l’on accorde de l’importance aux réalisations, à la carotte qui pend toujours. Et pourtant, de Aerosmith aux anciens yogis, tout le monde serait d’accord : “la vie est un voyage, pas une destination.” Cela signifie que nous sommes responsables du processus, mais pas du résultat.

C’est la pratique de la méditation plutôt que la méditation elle-même qui est notre travail. Pour s’asseoir et rester assis. La méditation peut donc être définie comme une propriété émergente : une propriété complexe qui résulte de l’interaction de comportements simples.

Il est logique que les règles habituelles de réalisation, telles que définies par la culture capitaliste occidentale, ne s’alignent pas toujours sur une pratique ancienne comme la méditation.

Une grande partie de la méditation consiste à se défaire de ses vieilles habitudes et à apprendre à observer plutôt qu’à réagir à ses propres envies et aversions.

C’est un processus intérieur qui se révèle à nous si nous continuons simplement et diligemment à nous montrer et, comme le recommande le poète Rilke, “Recommencez”. Si vous avez une boîte de beaux journaux vierges, ou une histoire de départs chauds et de fins froides, pensez à faire de la place pour le miraculeux en construisant votre base sur le banal.

Pratiquer de manière persistante, ordinaire, sans se préoccuper des résultats. Cette seule attitude a peut-être été le secret du sourire satisfait du Bouddha, ou l’habitude de toute une vie d’un méditant, aussi simple que de se brosser les dents.